Antivols de supermarché : quid des produits alimentaires ?

Habituellement réservés aux biens de consommation coûteux tels les vêtements et les articles de bijouterie, les antivols de supermarché semblent gagner le terrain de l’alimentation. Gros plan sur un phénomène en plein essor.

Comprendre les catégories d’antivols

  • Les antivols électroniques : Basés sur la radio fréquence, ce sont des marqueurs reliés à des antennes situés au niveau des portiques de sortie. La fréquence émise par ces marqueurs est détectée par les antennes au moment du passage. C’est l’acte d’achat qui permet de désactiver les marqueurs au moment du passage en caisse. Ce type de dispositif antivol est généralement réservé à l’habillement ou autres articles de valeur.
  • Les autocollants magnétiques : Plus discret car moins volumineux, les macarons autocollants sont normalement utilisés pour les produits de consommation courante, moins coûteux.

L’origine de la polémique

Tout a commencé dans un supermarché lillois. Des clients, puis la presse, ont dénoncé l’utilisation d’antivols sur les emballages d’une célèbre marque de viande.
Pourquoi cette pratique ? Les acteurs de la grande distribution sont formels : de plus en plus de produits alimentaires sont dérobés chaque année. De plus, Les vols commis sont de plus en plus sophistiqués. Viande, fromage, et articles d’alimentation de luxe, tels le foie gras sont les produits les plus ciblés. Mais cette pratique suscite un malaise dans le milieu de la grande distribution.

Précarité professionnelle, baisse du pouvoir économique sont des facteurs qui expliquent l’augmentation des vols. Face à ces réalités, les supermarchés voient leur fonctionnement mis à l’épreuve de l’opinion publique. De plus, en période de crise, les magasins d’alimentation tendent à communiquer sur l’attention portée à leurs prix afin de prouver que la satisfaction client est au cœur de leurs préoccupations.

Faut-il renoncer aux antivols de supermarché appliqués à l’alimentaire ?

Les statistiques actuelles ne permettent pas d’estimer avec précision les vols de produits alimentaires. On sait néanmoins que ces vols sont en forte croissance. Les études montrent également que l’augmentation des vols correspond à une période de baisse d’investissement dans la sécurité. De plus, le cas du supermarché lillois a défrayé la chronique à cause du type d’antivol utilisé : réservé aux produits non alimentaires, rigide et peu discret, le dispositif était peu adapté. D’autres systèmes existent et permettent de concilier sécurité et respect de l’image du client.

Un double enjeu pour les détaillants :

  • S’assurer contre les risques de vol de produits alimentaires.
  • Éviter de heurter le consommateur, lequel souhaite se voir considérer comme un client, non comme un délinquant potentiel.

Pour cela, il convient de faire appel à l’expertise de professionnels afin de choisir la gamme d’antivols de supermarché adéquate. N’hésitez pas à faire une demande de devis.